LES 10 ERREURS À ÉVITER LORS DE L’ENTRETIEN DES CHAUSSURES

VOICI DONC LES 10 ERREURS À ÉVITER LORS DE L’ENTRETIEN DES CHAUSSURES.

1/ Mettre la même paire de chaussures tous les jours.
 

Est-ce que vous mettez le même caleçon tous les jours ? Oui ? Alors là je ne peux rien pour vous! Pour les autres, eh bien la même logique s’applique pour vos chaussures !
Quoi que vous fassiez, et même si vous ne voulez pas l’admettre, vous transpirez des pieds, c’est un fait! Plus ou moins selon les personnes et les chaussures portées, mais qu’importe. Cette transpiration est, entre autres joyeusetés, acide. Donc elle attaque le cuir. Il peut, en plus, vous arriver de porter vos chaussures par temps humides. Le cuir étant une matière vivante et il faut donc le laisser respirer !
 
Note : en fait cette expression est un abus de langage ; le cuir n’a rien de vivant. Cela sert simplement à dire que le cuir est une matière organique perméable dans le sens où le cuir échange avec l’environnement extérieur et les produits que vous appliquez. On est d’accord dire que c’est une matière vivante est plus simple ! Il faut lui laisser le temps de se reposer, d’évacuer la sueur et autres saletés qu’il a accumulées après une journée de port.Vos chaussures ne s’en porteront que mieux, vos pieds aussi!
 
Ainsi, la règle communément admise est: 1 jour de port / 2 jours de repos.
 
L’idéal est donc de disposer d’un minimum de 3 paires de chaussures avec lesquelles vous pouvez mettre en place une rotation. Il y a quelques décennies on conseillait même aux hommes de posséder 7 paires différentes. Une pour chaque jour de la semaine! Là vous avez le choix. Ne perdez pas trop de temps à choisir! Source : chaussure-de-luxe.com
 
Vous n’avez qu’une paire de chaussures ? Alors vous allez devoir la renouveler, au mieux, tous les ans.
 
 
2/ Ne pas mettre d’embauchoirs.
 
Continuons la métaphore de l’hygiène : doit-on prendre des douches régulièrement ? Doit-on se laver les dents 2 à 3 fois par jour ? etc.
La réponse à ce genre de question vous semble évidente? Eh bien il en est de même pour l’utilisation d’embauchoirs. Vous ne pouvez pas vous en passez. C’est impossible !
 
Pour faire court, une paire d’embauchoirs va permettre :
  • d’évacuer la sueur et l’humidité
  • au cuir de garder une bonne forme lorsqu’il est mouillé par la pluie
  • d’éviter que les plis d’usure marquent trop.
C’est bon? Vous êtes décidés à acheter une paire d’embauchoirs? Bien… C’est là que les choses se compliquent. Je vais développer un peu ce point avec quelques conseils. En effet vous allez vite constater qu’il existe autant d’embauchoirs que de chaussures et tous sont loin de remplir, correctement, leur rôle.
 
Il y a deux critères pour choisir convenablement une paire d’embauchoirs :
 
La forme: Eviter les “tendeurs” : ils ont tendance à casser le contrefort et ne remplissent pas bien la chaussure. Comment bien conserver la forme dans ce cas?
Préférez les embauchoirs “complet”: avec un piston à l’arrière et un ressort latéral. Ils permettront de remplir correctement la grande majorité de vos chaussures et donc de garder la forme et atténuer les plis d’aisance.
 
La matière : Bois ou plastique ? Bois! Le seul cas où des embauchoirs en plastique peuvent s’avérer utiles est en déplacement/voyages d’affaire. Beaucoup plus légers et moins chers ils vous dépanneront et éviteront que vos chaussures soient écrasées dans votre valise. Même pour des embauchoirs plastique privilégiez des formes complètes Il y a des embauchoirs dans différents bois et finitions : brute, vernis, cèdre, hêtre, etc. Le bois brut est une évidence.
Pour le type de bois c’est moins sûr. Certains crient au scandale marketing en faveur du cèdre dont la seule propriété serait sa forte odeur naturelle qui permettrait de cacher les effluves de transpiration.
J’ai envie de dire que c’est déjà une bonne chose. En plus on accorde au cèdre des propriétés absorbantes et une action fongicide mais les avis divergent. Par contre, quel que soit le bois choisi, il faut qu’il soit brut.
Comment du bois pourrait absorber quoi que ce soit si vous l’enduisez d’une épaisse couche de vernis ? Cela semble évident mais ça ne coûte rien de le rappeler.
 
 
3/ Cirer ses chaussures sans jamais les crémer et les nettoyer. Cirer sans jamais crémer revient à se maquiller sans jamais se nettoyer la peau… Et ce n’est pas joli à voir !
 

 

Le cirage est une pâte qui reste en surface et bouche les pores du cuir. Même si certains cirages de bonne qualité ont des propriétés nutritives ils empêchent le cuir de respirer.
Alors oui en appliquant du cirage ça brille mais le cuir finira par craqueler si vous ne faîtes rien. Il faut, environ une fois toutes les deux semaines pour une paire portée régulièrement, nettoyer les couches de cirage successives avec un lait nettoyant. Il va également ouvrir les pores du cuir pour le préparer à mieux recevoir la crème. C’est elle qui va nourrir et hydrater le cuir pour éviter qu’il craque.
Ce n’est qu’après crémage, si vous le souhaitez, que vous pouvez mettre de la pâte à cirer pour plus de brillant !
 
En résumé: cirer ses chaussures n’est pas indispensable. C’est optionnel ! Alors que les nettoyer et les crémer est indispensable !
 
 
4/ Utiliser les mauvais produits
 
Comme pour les embauchoirs, il y a une multitude de produits d’entretien chez divers revendeurs. Attention car derrière des promesses toutes plus folles les unes que les autres un mauvais produit peut provoquer des dégâts. Gardez en tête de privilégier les matières naturelles et vous ne ferez pas de grosses erreurs. Fait briller sans frotter… c’est c’la Thérèse
 
Passons rapidement sur les brosses : il en existe de toutes les tailles et à tous les prix. Alors pour faire simple souvenez-vous simplement que ça ne sert à rien d’acheter une brosse de marque.Vous allez la payer plus cher pour rien.
Évitez également les brosses avec des manches en bois exotiques. Certes elles sont plus belles mais coûtent bien plus cher et ne sont pas mieux. Pour les brosses à lustrer et les brosses palot une brosse à la bonne forme en pur crin de cheval fera parfaitement l’affaire. Pareil pour les brosses en crêpe : privilégiez celles en crêpe naturel.
 
Pour les produits d’entretien là c’est différent. Je vous conseille de vous tourner vers les marques les plus connues. Si elles sont utilisées par de si nombreux amateurs de beaux souliers ce n’est pas pour rien! Ce qui est sûr c’est qu’il faut fuir comme la peste les produits vendus en grande surface car ils contiennent du silicone.
Ce dernier imperméabilise totalement le cuir et plus aucune crème/pâte ne tiendra. En plus, comme expliqué plus haut, imperméabiliser totalement le cuir de vos chaussures (fermer les pores) le fera craqueler. Surtout il est très compliqué de se débarrasser du silicone.
Alors oui ces produits font en général briller tout et n’importe quoi en un clin d’oeil mais sur le long terme ce n’est pas sans conséquence.
 
 
5/ En cas de pluie, les faire sécher près d’une source de chaleur
 
Vos chaussures ont pris la pluie. Cela arrive. Alors déjà tordons le cou à la légende qui dit que le cuir n’aime pas la pluie : C’EST FAUX !
Le cuir résiste très bien à l’eau. Cette affirmation est valable aussi pour les nubucks et velours. Je ne vous dis pas de sauter à pieds joints dans les flaques mais simplement que si vous procédez comme il faut, alors, prendre la pluie de temps en temps n’aura pas de conséquences particulières sur vos chaussures.
 
Note : lors de son tannage, le cuir est très souvent dans des cuves. Si vous êtes en présence d’un beau cuir, tanné dans les règles de l’art, alors l’eau n’a normalement aucun effet. Et, dans ce cas, le plus important est le séchage ! Il va falloir être patient.
 
Encore une fois, avoir plusieurs paires de chaussures s’avère utile pour respecter le bon timing. Pendant son tannage le cuir passe un bon bout de temps dans ce type de cuve donc l’eau ne lui fait pas peur ! Plus ça sèche lentement plus c’est bon pour vos chaussures. La proximité immédiate d’une source de chaleur risque d’assécher le cuir et de le faire craqueler. Mettez, dès que vous les retirez, des embauchoirs en bois non verni qui vont absorber l’humidité. C’est très important. Si vous ne le faîtes pas, sous l’effet de l’eau qui dissout le collagène contenu dans le cuir, elles risquent de mal sécher et de se déformer lorsque le collagène va se solidifier. Dans le cas des chaussures avec des semelles en cuir mettez-les sur la tranche pour permettre à la semelle de sécher aussi.
 
Comptez donc une bonne douzaine d’heures en général et massez vos chaussures avec un peu de crème une fois qu’elles sont sèches.
 
 
6/ Etre obsédé par les plis d’aisance.
 
Quand on voit les contraintes appliquées au cuir lors du déroulé du pied je ne vois pas comment on peut imaginer qu’il ne soit pas normal que des plis apparaissent.
La véritable question n’est pas de savoir si des plis vont se former. Il y en aura.
 
C’est plutôt l’apparence des plis qui peut vous inquiéter. Des plis fins et réguliers se forment au niveau de la pliure du pied : rien de plus normal. Vos chaussures ressemblent à du papier froissé lorsque vous pliez le pied : fuyez! (ou changez de taille, il est possible qu’elles soient trop grandes).
 
Note : les plis d’aisance sont moins marqués sur un veau velours (veau pleine fleur utilisé côté chair) que sur un nubuck qui est un cuir poncé côté peau voir refendu..
Bref un cuir potentiellement douteux.Sachez qu’il est possible d’atténuer les plis d’aisance:
  • en mettant des embauchoirs dans vos chaussures quand vous ne les portez pas, vous limitez leur apparition.
  • lors de l’entretien de vos souliers : quand vous appliquez le lait nettoyant et la crème il faut repasser les plis (comme une chemise) avec vos doigts. Avec un geste puissant et dans le sens de la chaussure vous allez chauffer le cuir et mieux faire pénétrer le produit.
 
7/ Ne pas utiliser de fers et patins.
 
On parle, bien évidemment, ici, des semelles en cuir. En cherchant à droite et à gauche vous verrez des informations contradictoires sur le sujet. En fait chacun prêche pour sa paroisse : les pros et les antis s’opposent.
Rappel : les patins viennent se poser (coller) sur la zone d’usure de la semelle pour la protéger des agressions des différents revêtements sur lesquels vous marchez.
Les fers servent à protéger le bout de la semelle particulièrement sollicité lors du déroulé du pied. Les premiers disent que patin et un fer vont permettre de protéger une semelle en cuir. C’est totalement vrai. Même pour des semelles en cuir à tannage lent et végétal; la dégradation, lorsqu’elles sont laissées nues, se voit rapidement.
Si en plus vous vivez dans un climat humide et pluvieux alors le patin joue le rôle d’imperméable pour vos semelles. C’est justement ce que les antis lui reprochent.
Les patins ne laissent pas la semelle respirer et augmentent les risques de fissures. De plus, ils raidissent les chaussures et les rendent moins confortables. Ce sont donc deux philosophies qui s’opposent. Personnellement je conseille de faire poser des patins en crêpe (ce n’est en réalité pas du crêpe mais un caoutchouc souple). Ils durcissent moins la semelle et ne se sentent donc quasiment pas lors de la marche. Poser des patins est peu coûteux et rallonge l’espace entre deux ressemelages.
Au prix du ressemelage ce n’est pas négligeable. Attention : la pose de patins va créer une différence d’adhérence entre l’avant de la chaussure et le talon (même si celui ci n’est qu’à moitié en cuir). Si vous voulez éviter cela vous pouvez demander à votre cordonnier de poser un bonbout en caoutchouc sur le talon donnant ainsi une adhérence optimale à vos chaussures.
Pour les fers il est conseillé de faire poser des fers encastrés vissés (pas cloués) avec des vis en laiton ou en inox (pour éviter qu’elles rouillent dans le cuir). Note : la pose de fers est nécessaire selon votre démarche.
Si vous constatez une usure rapide et importante du bout de vos semelles alors vous n’avez pas le choix ! Il n’y a aucune obligation : vous pouvez décider de ne rien mettre sur vos semelles, de mettre simplement des patins, uniquement des fers ou les deux. C’est une question de confort à la marche plus qu’autre chose. Certains mettent en avant l’aspect esthétique mais je vous rappelle qu’on parle ici du dessous de vos chaussures…
 
 
8/ Mettre trop de cirage, crème, etc.
 

Cela semble tomber sous le sens et pourtant c’est une erreur très fréquente! Ne mettez pas trop de cirage, crème ou lait!
 
Mieux vaut en mettre peu et répéter l’opération aussi souvent que nécessaire plutôt que d’en mettre trop. Il est toujours plus facile d’ajouter un produit que de retirer un surplus !
 
Si vous mettez trop de crème les solvants volatiles vont s’évaporer et vous allez vous retrouver avec ce qu’on appelle un pâté. Pareil si vous mettez trop de pâte : vous risquez alors de boucher les pores du cuir avec les conséquences évoquées plus haut.
 
 
9/ Ne pas prendre 5 minutes après chaque port pour les brosser et les ranger.
 
Vous rentrez d’une journée de travail longue et épuisante. Pire vous rentrez en plein milieu de la nuit d’une soirée un peu arrosée… Que faîtes vous de vos chaussures ? Vous les enlevez à la va-vite et les laissez dans un coin. Prenez 3 minutes pour faire les choses correctement. En général vous allez les retirer en bloquant le pied au niveau du talon avec votre second pied. Mauvaise pratique. Vous fragilisez le contrefort.
  • Temps : 1min pour les délacer correctement (je ne parle pas des bottines qui sont plus longues à délacer mais au moins vous n’avez pas le choix).
Ensuite vous les poussez dans un coin, les laissez dans l’entrée et vous partez faire autre chose (lire cet article par exemple). Seconde erreur : mettez des embauchoirs, tout de suite.
  • Temps : 1min (dans le cas ou la soirée était très arrosée).
C’est même faisable d’une main! Vous faîtes déjà tout cela ? C’est très bien. Mais il y a deux choses très simples en plus à faire :
  • mettre un rapide coup de brosse. Avec un décrottoir vous allez retirer la poussière et le gros des saletés avant qu’elles s’incrustent dans le cuir. Temps 30sec.
  • les ranger. On ne parle pas ici de les jeter dans un placard pour les cacher mais de les remettre dans leur boîte correctement pour éviter les agressions extérieures comme les poussières, l’humidité, une exposition prolongée en plein soleil, etc. Temps 30sec.
Voila, ça vous a pris 3 minutes et encore j’ai été généreux sur les temps.
 
 
10/ Ne pas faire confiance à son cordonnier.
 

A une époque, il y en avait partout mais comme le reste des professions de l’industrie de la chaussure, ils sont de moins en moins nombreux. Je parle de ces cordonniers, amoureux des belles chaussures.
 
Pour des raisons économiques et culturelles – les gens prennent de moins en moins soin de leurs chaussures – ils ont dû diversifier leurs activités (clefs, etc.) ou fermer boutique. Dans toutes les villes il reste cependant de très bons cordonniers, réalisant des travaux de grande qualité, à qui vous pouvez confier vos chaussures les yeux fermés.
 
N’hésitez pas à aller voir votre cordonnier, discuter avec lui sur les bonnes pratiques. Chacun possède ses propres astuces et conseils. Qui, mieux qu’un professionnel passionné, pour vous aiguiller? Allez-y également en cas de souci : vous avez appliqué un mauvais produit? fait une erreur? Votre cordonnier pourra vous aider à rattraper les dégâts !
 
Voici donc les 10 erreurs qui, selon moi, sont les plus courantes et les plus importantes à éviter !
Article original écrit et publié sur : http://alorsmonsieur.over-blog.com/2016/11/entretien-des-chaussures-10-erreurs-a-eviter.html

Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés